Sourire


Sourire, quel mot merveilleux ! Ce n’est pas pour rien que la Thaïlande est appelée le Pays du Sourire. Cette dénomination correspond complètement à la réalité. Où que vous soyez, quoi que vous fassiez, vous croiserez toujours un visage avec un sourire ou vous entendrez quelqu’un rire ! Les thaïs ont une légèreté certaine dans leur comportement quotidien. Ils rient très souvent et parfois d’un rien et partagent toujours leur raison de rire avec quelqu’un.

C’est un peuple dont la vertu principale est la simplicité. Ils savent se contenter d’un rien, d’avoir rendu service, donné de l’espoir ou rasséréné quelqu’un par un sourire, cela leur suffit, ils sont heureux, et leur sourire apparaît ! Ils ne se compliquent pas la vie avec des raisonnements alambiqués comme les farangs. Ils détestent au plus haut point qu’on leur tienne ces argumentations et se bloquent totalement. Gare à vous alors car ils vous prendront alors immédiatement en grippe ! Ils aiment une vie simple et tranquille égayée par le sourire et surtout pas qu’on vienne la perturber. Pour eux, comme rien n’est grave, la vie avec eux est toujours sans souci. Ce sont de purs épicuriens qui vivent au jour le jour. Un homme ou une femme avec un sourire ou qui rit est déjà vraiment magnifique, détend complètement l’atmosphère, mais entraîne aussi tout le monde autour à lui répondre par un rire ou un sourire ! C’est un excellent effet « domino » pour tous !

Ce n’est pas du tout du fatalisme, cela leur vient à la fois de leurs gènes et de leur racines, de leur éducation, et des préceptes du bouddhisme. Leur façon de voir la vie, et la mort, leur permet de rire d’absolument tout. Ils se rapprochent en cela des bretons qui parviennent même à rire de la mort. Il suffit pour cela d’écouter les veillées mortuaires du conteur breton Lucien Gourong. Incroyable mais vrai, certaines sont à pleurer de rire ! Ce sont les bretons qui ont écrit les plus beaux textes et les plus belles chansons en français sur la mort. Ecoutez la chanson « Je vous emporte dans mon coeur » de Gilles Servat dont le texte est absolument sublime et vous serez d’accord avec moi. Mes racines bretonnes, celtes diront certains, et mon mode de pensée extrêmement ouvert et tolérant m’ont sans doute grandement facilité le rapprochement avec les thaïs.

Le sourire immédiat que vous adressera de votre belle thaïe sera contagieux, vous sourirez beaucoup plus souvent qu’en France et je peux vous assurer que cela changera totalement votre vie !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *