Parasites, pique-assiettes


Parasites, pique-assiettes, Denis Diderot en a décrit un dans “Le neveu de Rameau”. Peter Jackson l’a montré au début de son film « The Hobbit » où treize nains dévalisent le garde-manger du pauvre Bilbo et retournent sens dessus dessous sa pauvre maison-trou.

Dans chaque famille thaïe, il y en a au moins un, voire plus. Dans ma belle-famille, il y en a plusieurs, les voisins d’en face et la sœur de mon épouse. Le pire, c’est qu’ils vous pilleraient presque votre frigo où ils se servent sans aucune autorisation ni honte ! Ma belle-soeur, qui de plus n’est pas belle, s’invite sans vergogne avec au moins un de ses enfants dans toute réunion de famille, restreinte ou pas. Je me souviens l’avoir vue avaler bruyamment sans discontinuer de nombreuses bières au mariage de la fille de mon épouse. En France, on l’aurait vite calmée ! Ces gens-là ne semblent éprouver aucune culpabilité de se goinfrer aux frais des autres. Comme en Thaïlande, le mot famille peut avoir un sens très large, il est très difficile de faire comprendre aux thaïs ce que ces comportements vous font ressentir à vous, européen.

A moins de se fâcher un bon coup, avec un probable très fort ressentiment de votre belle-famille à la clef … Ce peut toutefois être une solution efficace pour éloigner définitivement ces parasites, pique-assiettes de votre confortable chez-vous.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *