Réseaux sociaux


Réseaux sociaux, YouTube, et même certains intermédiaires officiels, attention !

Les informations véhiculées par les réseaux sociaux sur la Thaïlande sont à prendre avec beaucoup de prudence. Les articles qu’on y trouve sont souvent inexacts, incomplets, voire totalement faux. Ils sont rédigés d’après une actualité officielle qui peut être amenée à changer complètement d’un jour à l’autre. Leurs rédacteurs ou présentateurs se targuent de connaître la Thaïlande et toutes ses particularités. Ce sont souvent des retraités qui vivent en Thaïlande entre européens un peu comme au temps des colonies et dont ils ont gardé la mentalité – ils méprisent les thaïs qui sont leurs domestiques, vivent dans des ghettos, îlots de culture européenne, sans jamais se mélanger aux thaïs. Leurs épouses thaïes sont des objets de décoration, un peu comme des caniches pomponnés qu’ils promènent au bout d’une laisse, mais pour lesquels ils n’ont en réalité qu’un profond mépris.

Le problème concernant ce dont ils parlent, c’est justement qu’au Pays du Sourire, chaque cas est particulier, qu’il y a toujours une solution « pas vraiment officielle » aux problèmes, entre autres administratifs, de chaque européen. Il y aura toujours un ou une thaïlandaise qui vous fera « rentrer dans les clous » de la loi, même si cela vous semble impossible. En France, on appellerait cela de la corruption, en réalité, c’est une mentalité différente.

Les commentateurs de ces publications et vidéos sont des touristes qui vivent en France et ont la même mentalité colonialiste envers le peuple thaï. Ils professent le plus profond mépris pour les européens qui aiment la Thaïlande mais qui n’ont pas cette même mentalité colonialiste.

Si j’ai vécu et me suis souvent rendu en Thaïlande, c’est EXACTEMENT LE CONTRAIRE. C’est pour vivre AU MILIEU des thaïs, partager de bons moments avec eux, les aider dans leurs difficultés, dans leur travail. Par leur mentalité, ils ont un angle de vue différent, très pragmatique, et souvent des solutions beaucoup plus simples que celles issues de nos esprits cartésiens.

C’est la raison pour laquelle je ne fais plus partie d’aucun groupe social, d’aucune communauté sur la Thaïlande. Si je veux des renseignements sur telle ou telle chose, je consulte les sites officiels gouvernementaux et prend ensuite l’attache d’intermédiaires thaïlandais qui sauront trouver une solution adaptée à mon cas. Alors, je vous le redis, méfiez-vous beaucoup des réseaux sociaux et tutoriels YouTube sur la Thaïlande.

Merci d'aimer et me suivre :

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *