La femme thaïlandaise


C’est déjà une femme travailleuse et exceptionnellement courageuse. C’est la cheville ouvrière de l’économie thaïlandaise. C’est une femme aux petits soins pour son époux, au-delà de ce qu’on peut imaginer en France. Elle le chouchoute sans pour autant que celui-ci fasse preuve d’un quelconque machisme. Elle lui sert à boire, lui prépare d’excellents repas, lui fait un massage si celui-ci en a besoin, s’occupe de son linge, lui coupe les ongles, lui fait un shampooing, lui fait « coucou » depuis la fenêtre quand il part pour son travail, bref, pour un homme occidental, c’est une vraie perle, attentionnée à l’extrême. C’en est même parfois déroutant. Il faut savoir que cela provient de ses gènes et de son éducation familiale. De plus, elle paraît souvent beaucoup plus jeune que son âge réel. A quarante ans passés, joliment coiffée, maquillée et habillée, elle en paraît vingt-cinq, tout au plus. Son sourire presque permanent qui est une seconde nature vous désarmera au premier contact. Par contre, attention, c’est une tigresse, jalouse à l’excès et fière, au caractère bien trempé. Mais ces « petits » défauts ne sont rien au regard des qualités qu’elle montre dans la vie quotidienne.